logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Dossiers

<< page..1234..page >>




Occasion mode d'emploi : acheter un ULM


Eviter les pièges de l'occasion




Passage à l'acte

Bon ! Vous êtes décidés, vous achetez.
Ne traitez qu'avec tous les éléments administratifs en main (carte et fiche d'identification, fiche de pesée, dossier d'utilisateur...). Au moment de traiter, le vendeur devra remplir un certificat d'aptitude au vol et rayer la carte jaune en indiquant vendu le (date) et signer. Vous devrez régulariser le document dans le mois qui suit. Vous pouvez verser un acompte (ou des arrhes) pour retenir l'ULM ; 10% c'est normal, mais pas plus. Et surtout demandez un reçu signé avec le motif du versement. Si la transaction est immédiate, n'oubliez pas d'assurer l'ULM avant de voler ; par téléphone c'est possible, avec paiement par carte de crédit. Ne payez pas l'ULM en liquide ; en cas de contestation ultérieure, rien ne prouvera le prix d'achat. Exigez les factures, au moins pour les travaux importants comme changement de voilerie, de moteur, révisions faites par un professionnel


Il ne doit manquer aucun document lors de l'achat. S'il en manque, reportez la signature à une date ultérieure.

Quelques règles simples à respecter

Fuyez

- tout ULM démonté, ou pas en état de vol.
- tout vendeur qui refuse une démonstration en vol.
- un intermédiaire particulier qui ne pilote pas.
- tout vendeur qui répond évasivement à vos questions, qui se trompe sur des renseignements précis...
- tout vendeur qui ne présente pas les factures de révision. Celles-ci doivent être établies au nom du propriétaire-vendeur, et pas à un autre.
- tout ULM sale, bricolé, rafistolé... Cela renseigne précisément sur le propriétaire.
- tout vendeur incapable de présenter les papiers en règle, en cours de validité, avec le dossier d'utilisateur.
- tout vendeur qui refuse de participer à une pesée en votre présence.
- tout vendeur de paramoteur qui ne peut pas prouver qu'il est bien l'utilisateur habituel de l'appareil (question de poids).
- tout autogire en construction-amateur qui n'a pas été contrôlé par un spécialiste reconnu dans la discipline.
- tout appareil dont l'entoilage est réparé avec de l'adhésif.
- tout ULM dont le moteur a été reconditionné ou révisé par un "copain" du vendeur. Il existe des amateurs très éclairés, et d'autres qui croient l'être ; Chaque année des moteur cassent à cause des seconds.
- les ULM d'école non révisés par un professionnel comme le constructeur ou l'importateur ! Côté moteur, en général pas de problème. Mais côté cellule, les trains ont beaucoup travaillé (souvenez-vous vos débuts !).
- tout ULM de série dont la carte d'identification indique un enregistrement en construction amateur (code identifiant commençant par A). De même si la dernière lettre de ce code est un T (utilisation particulière déclarée), cherchez à savoir quelle est cette utilisation.
- tout ULM dont les caractéristiques visibles (type de moteur, poids si pesée, type et marque d'hélice, nombre de places ou de réservoirs...) ne correspondent pas à la fiche descriptive de la fiche d'identification.


Cherchez la petite bête !


Préférez

- un ULM en fin de potentiel moteur. Faites baisser le prix et remplacez ou reconditionnez le moteur. Vous repartirez à plein potentiel. C'est vrai pour tous les équipements à durée de vie limitée.
- un ULM dont vous connaissez les origines.
- un ULM pas trop "personnalisé", et surtout dont les équipements sont montés avec soin.
- un vendeur qui explique clairement pourquoi il se sépare de son ULM.
- un ULM qui vol régulièrement à un ULM "saisonnier".
- un vendeur qui a une solide expérience.
- un vendeur calme et volubile à un muet nerveux.
- rappelez plutôt qu'acheter de suite.


Dénoncez (à la DAC)

- un vendeur qui tente une arnaque.
- un vendeur qui "maquille" les traces d'un crash.
- un vendeur qui propose une motorisation sans numéros.
- un vendeur qui propose à la vente des pièces volées (hélices, instruments, casques...).

Vous n'avez pas à avoir honte, au contraire ; il en va de la sécurité de tous. Dans notre univers, la triche peut être mortelle.

Cette salade de tube a été trouvée sous les toiles d'empennage d'un Weedhopper AX3. Les ''réparations'' étaient maquillées pour ne pas apparaître. Un acte criminel !


Un super pro a remonté un moteur Rotax 503 à la manière RAF (rien à foutre)... Le moteur a fonctionné une petite heure avant de casser.


Salade de segments pour accompagner le piston.



<< page..1234..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020
















page générée en 0,01 sec.