logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Dossiers

<< page..12..page >>




Zenair CH-601 XL & 650 E

février 2010 - par ULMag

Ruptures en vol : pas de cause identifiée

Zenair communique sur la série d'accidents qui a frappé les modèles CH-601 XL et CH-650 E. Rappelons que cela ne concerne pas le 601 UL, lequel ne possède pas la même structure ni la même aile et a des performances moindres. CH-601 XL et 650 E sont identiques à quelques détails près, comme la verrière ou la dérive.


Accès rapides


Manière de relativiser le problème, le constructeur rappelle en préambule que ce sont plus de 500 CH-601 XL ULM qui ont été fabriqués en Europe depuis plus de dix ans, et que les cas de rupture se comptent sur les doigts d'une main.


Seuls les CH-601 XL et CH-650 E sont concernés.


Un effet, plusieurs causes

Les Zenair CH-601 XL et CH-650 E ont été sujets à des ruptures en vol, deux accidents en Europe et cinq aux Etats Unis. Les appareils incriminés sont des LSA (600 kg et 120 ch) en Amérique et des ULM en Europe. Suite aux analyses, ni Zenair, ni les autorités n'ont été à ce jour capable d'identifier une cause technique commune aux différents cas. D'où l'impossibilité d'immobiliser la flotte au sol. D'autant que la plupart des 601 et 650 volant outre Atlantique le font sous une réglementation n'impliquant pas l'administration des affaires aériennes. Ce qu'on sait, c'est que plusieurs accidents sont le fait d'un pilotage anormal dépassant les facteurs de charges admis pour ces appareils. Pour d'autres, les ruptures se sont produites lors de vols normaux. L'idée a donc germé qu'il ne s'agit pas d'un facteur unique provoquant ces ruptures.


Certains témoignages mettent en cause un phénomène de flutter aux ailerons.


Groundage ici, restrictions là

La position hollandaise a été immédiatement d'incriminer l'intégrité des avions, invoquant un problème de flutter, sans toutefois pouvoir le démontrer. Pour autant les avions ont été cloués au sol dans ce pays. Ces aéronefs étant certifiés en Allemagne, l'administration hollandaise a mis en cause la certification allemande. Suite à cela, l'administration hollandaise a refusé de communiquer avec toute autre autorité (canadienne, tchèque, allemande), y compris avec le constructeur. Une position pour le moins mystérieuse qui accréditerait la thèse d'un caprice royal...
Le Flutter est une oscillation accordée des ailerons, ou phénomène vibratoire résonnant. Concernant le flutter, quelques rapports concernant des appareils non accidentés font mentions de phénomènes vibratoires. Et pour ceux qui ont clairement pu identifier la vibration comme un flutter, l'inspection de leur appareil a mis en évidence une tension inappropriée des câbles de commande. Le constructeur qui recommande 10 à 12 kg de tension affirme que le flutter ne commence que vers 2 kg de tension. Une telle tension est visible lors de la visite prévol (jeu important au manche, conjugaison retardée des gouvernes...).






<< page..12..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020













page générée en 0,02 sec.