logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..12345678..page >>


Avec une vitesse de pointe supérieure à 230 km/h, le Peregrine n'est pas le plus rapide des ULM, mais tient bien sa place avec une croisière à plus de 220 km/h et une Vno qui l'autorise.


Flaeming Air FA-04 Peregrine SL 912 S


Un vrai ULM... surdoué



Accès rapides


Une odeur de gaz...

A jouer de la sorte, entre 180 et 200 km/h, je m'aperçois que cet ULM n'est autre qu'un petit avion, bougrement bien conçu. Le trim' pratique et efficace prouve qu'une bonne molette vaut tous les zinzins électriques de la terre. Joueur, le Peregrine l'est certainement, mais il se montre également rigoureux et précis. On respecte le niveau de vol sans se concentrer sur les cadrans, on tient un cap impeccable sans courir après sa queue... J'aime beaucoup ce comportement. La vivacité en roulis est dans la moyenne des appareils de ce type, avec deux grosses secondes et demi pour basculer de 90° de gauche à droite, et moins de deux secondes pour la manoeuvre inverse. Tout juste détecterai-je un léger manque de lacet induit lors de ces phases brutales opérées à moins de 150 km/h. C'est chipoter... Le manche est doux, sans jeu, et assez résistant à allure élevée pour éviter le sur-pilotage. D'ores et déjà j'adopte le Peregrine comme ULM de voyage. D'autant que le confort en cabine pronostiqué au sol se confirme à présent, à un détail près : une obsédante odeur de gaz d'échappement à bord. J'ai la réputation de posséder un odorat de clébard (parfois l'humeur qui l'accompagne) et constate régulièrement des infiltrations dans les habitacles. C'est plus souvent avec le moteur Rotax, et généralement lors d'évolutions à basse vitesse, en dissymétrie ou gaz réduits. Ici, c'est permanent. Même si cette odeur est ténue, voire imperceptible pour certains, elle peut conduire au mal-être, voire à des maux de tête, ou pire. Je pense que s'il ne s'agit pas d'une panne isolée (tube fendu, ressort manquant ou jonction déboîtée), un travail sur ce point est indispensable. J'ai en partie résolu un problème analogue sur mon ULM en ré-orientant le tube de sortie du silencieux. Il me faut ouvrir une fenêtre et ''écoper'' régulièrement de la main pour assainir la cabine. Martin affirme ne rien sentir... A sa place je consulterais.


D'élégants winglets terminent les ailes. Leur présence n'est sans doute pas étrangère à l'excellente tenue aux basses vitesses du Peregrine.


Fait pour voler lentement

Ceci n'empêche pas de continuer le programme d'essai ; maintenant les basses vitesses. D'abord en lisse, moteur tout réduit, la vitesse chute progressivement jusqu'à 105 km/h où l'avertisseur de décrochage retentit. Bigre... Le vario' passe en négatif, et je maintiens le manche en secteur arrière. A 80 km/h et -600 ft/mn, les commandes conservent leur efficacité. Après quelques manifestations discrètes, le Peregrine décroche, en une abatée douce et symétrique. Le badin indique alors 65 km/h. Rebelote avec 1 cran de volets. Cette fois, les palonniers s'alourdissent vers 70 km/h. L'avertisseur se déclenche à cette allure, mais le Peregrine tient bon jusqu'à 55 km/h. J'ai l'impression d'être arrêté dans le ciel. La brume qui envahit peu à peu la vallée du Grésivaudan renforce cette sensation d'immobilisme. Encore une fois, le décrochage est très doux, sans surprise et sans plus de signes annonciateurs. Je sors tout le linge et répète l'action. L'avertisseur de décrochage sonne maintenant vers 60 km/h. Manche au ventre, je contrôle sans peine l'engin qui rend grâce à environ 50 km/h, avec un comportement inchangé. Peut-on espérer plus ULM que ça ?


Les volets Fowler électriques sont d'une efficacité redoutable, abaissant la vitesse de décrochage à un peu plus de 50 km/h, contre 65 en lisse (ce qui passe déjà pour unique). Ils sont commandés par un impulseur avec un indicateur de déploiement.


Le compensateur de profondeur est mécanique ou électrique en option. La molette de série est efficace et précise.



<< page..12345678..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020













page générée en 0,01 sec.