logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..12345678..page >>




G1 Aviation SPYL 912 S


ULM de brousse



Accès rapides


Bras de fer

Mes marques étant prises (très rapidement car le G1 est un compagnon facile), je m'attache à ''voleter'' comme on le fait avec ce genre d'aéronef. Un constat s'impose immédiatement : j'ai des biceps de gonzesse ! A moins que les ailerons ne présentent une lourdeur hors norme. A bien y réfléchir, j'opterais plutôt pour la seconde cause. Avec un peu moins de 3 secondes (à 100 km/h) pour exécuter un basculement de -45° à +45° et idem en retour, ceci en forçant le manche comme un bucheron sur le merlin. L'explication vient en partie des articulations de gouvernes placées à l'extrados de l'aile, option retenue pour assurer leur pliage rapide. Le constructeur conscient de ce phénomène travaille à assouplir la commande et y parvient progressivement sur les derniers modèles. Pour l'heure, le G1 est... physique. L'astuce pour ne pas se fatiguer consiste à s'aider d'une pichenette dans les palonniers. En revanche, profondeur et lacet sont souples. Et surtout, l'ensemble des axes est d'une stabilité remarquable. En tangage, le G1 met environ 50 secondes et 2 oscillations pour se stabiliser (après qu'on a effacé l'horizon). On pourra reprocher d'absence de ressort sur la gouverne de lacet. En réalité, le retour d'équilibrage destiné à réduire l'effort aux palonniers prend le vent, ce qui retarde le retour au neutre. Mais il s'agit là d'un phénomène peu significatif. Paul Prudent envisage de réduire cette surface sur l'exemplaire dont il a la jouissance. J'apprécie la très faible propension à engager les virages avec les contrôles libres, à droite comme à gauche. Le trim de roulis se justifie par la sensibilité de cet axe par rapport au régime moteur. La compensation est précise et efficace, et j'apprécierais sur nombre d'ULM de pouvoir en disposer.


Exception faite de la lourdeur des ailerons due une cinématique spécifique au pliage des ailes, le G1 se comporte de façon homogène et précise, avec des commandes bien équilibrées.


La version SPYL reçoit des générateurs de vortex en lieu et place des becs de la version Gelinotte.


Il ne faut pas craindre de forcer le manche pour réaliser des manoeuvres rapides. Le roulis est assez lent, mais le G1 reste stable en assiette de vol comme en virage.


Les compensateurs parviennent à caler le G1 sur son axe de vol, un argument qui jour en faveur du confort de pilotage.



<< page..12345678..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020
















page générée en 0,02 sec.