logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..1234567..page >>




Alpi Aviation Pioneer 300 S - 912 S


L'outil professionnel



Accès rapides


Le Plus confort

L'espace dégagé par la verrière coulissante permet de prendre place à bord sans contorsion. Les garnitures de semelle d'aile sont amovibles pour ne pas les salir lors de l'accès au cockpit. Les sièges sont moelleux et déterminent une position d'assise propice aux longues étapes sans fatigue. Les palonniers sont réglables en trois positions pour s'adapter à toutes les morphologies. La visibilité est excellente dans toutes les directions, y compris dans le 3/4 arrière des deux côtés. Une fois fermée, la verrière est assez haute pour ne pas obliger les ''bustes longs'' à voler tête penchée. Mieux encore, avec une largeur de cabine de 1,05 m, les épaules des deux occupants sont loin du contact intime que l'on rencontre parfois sur les machines rapides. Une fois en place, on bénéficie d'un accès à toutes les commandes et instruments sans remuer le corps. Parfaitement filtré, tant en terme d'émission sonore que de vibrations, le moteur se fait discret. Je prends possession du P300 durant la chauffe. Gérard me renseigne sur les vitesses essentielles : rotation vers 85 km/h avec un cran de volets, montée initiale entre 95 et 110... Rien qui ne change des autres appareils de cette catégorie. Pouvoir garder l'aération naturelle pendant le roulage est un avantage indéniable par temps chaud. Verrouillage du toit, alignement et mise en puissance. Les conditions sont : 25°C avec une pression de 1020 hPa. Un vent de 5 à 8 kts balaye la piste par le travers. Chargé au maximum, le Pioneer 300 ignore cette dernière donnée, avouant juste un léger flottement au moment de la rotation. L'accélération est vive et moins de 200 mètres suffisent à franchir la barre des 15 m. Dès la vitesse ad-hoc atteinte, je rentre les volets et entame la meilleure montée qui avoisine les 900 ft/mn à 105 km/h, sans effort particulier pour contrer le couple moteur. Dès le début du vol, de bonnes sensations se font ressentir. D'abord la perfection des commandes ; douces et précises, sans jeu, avec la consistance et la réponse qu'on en attend, elles s'affermissent progressivement à mesure que la vitesse augmente. Cela confère au P300 un comportement précis et d'une rare homogénéité. La coordination des axes de roulis et lacet se fait d'elle-même, sans qu'il soit utile de pédaler. D'instinct j'entame quelques évolutions pour me familiariser avec le bestiau. Il aime ça et moi aussi. Lui et moi formons un couple déjà très soudé. J'aime ses réactions saines et prévisibles. Faut que je trouve une solution pour virer Gérard de la cabine afin de profiter égoïstement de la machine ; mais il s'accroche, le bougre ! Mes errances tri-axiales ne le font même pas virer au vert...


Sellerie confortable, position d'assise décontractée, ergonomie sans défaut, habillages raffinés... le P300 offre un luxe intérieur du meilleur niveau complété par un accoudoir central.


Le coffre est facilement accessible en vol offre. La tablette accueille blousons et objets légers, alors que les charges lourdes (limitées à 10 kg) logent dans le creux au plus près des sièges.


Boîte à gants centrale pour les menus objets...


... et pochettes latérales pour les lunettes, le crayon...



<< page..1234567..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021










page générée en 0,01 sec.