logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Essais

<< page..123456..page >>




Fly Synthesis Syncro 912 S

septembre 2013 - par ULMag - photos ULMag et constructeur

Gran Turismo

Toujours à la pointe en terme de style, les designers de Fly Synthesis ont donné au Syncro l'apparence d'un avion ultra moderne, à la ligne fluide et aux performances élevées. Si sa mise en production a tardé, c'est pour éviter l'écueil d'un lancement en demi-teinte.


Accès rapides


Futuriste

Présenté pour la première fois au Salon Aéro de Friedrichshafen en 2009, le Syncro est l'oeuvre de la firme italienne Fly Synthesis, entreprise dirigée depuis 2000 par Sonia Felice. L'usine est située à Mortegliano, sur une ancienne piste militaire. Elle se compose notamment de deux ateliers, l'un pour la fabrication des composites et l'autre pour l'assemblage des aéronefs, l'ensemble couvrant 3 000 m². La marque est représentée d'Australie à Taïwan, des USA en Afrique du sud, d'Europe centrale au Royaume uni en passant par les pays scandinaves, la Corée ou le bassin méditerranéen. Bref, Fly Synthesis voit grand et doit satisfaire tous ces marchés en termes de qualité de fabrication, de réglementation et de qualités de vol. C'est la raison pour laquelle le bureau d'étude a délibérément orienté le projet Syncro vers l'avenir. Table rase du Storch qui a fait (et fait toujours) les beaux jours de l'enseigne : le nouveau venu revendique un concept ''GT-Sport''. Taillé pour les grands espaces, il s'en donne les moyens à travers une technologie ''avancée''. Ainsi la fabrication est-elle à 100% carbone, avec des ailes à fort allongement (corde moyenne 1,045 m) terminées par des winglets intégrés. Cette architecture favorise les performances, avec notamment une finesse revendiquée de 20, à faire pâlir quelques moto-planeurs. Avec ses deux réservoirs de 50 litres, le Syncro décliné en versions ULM ou LSA (600 kg) est donc crédité d'un rayon d'action de 1200 km.


Forte de 25 ans d'expérience, l'entreprise italienne Fly Synthesis a imaginé un aéronef innovant, harmonieux et plein de personnalité : le Syncro.


Un design audacieux

Fort de cette technologie composite, le Syncro adopte une forme élancée à l'élégance racée. Le long pare-brise plonge jusqu'au demi-capot, conférant une aérodynamique soignée. Les grandes portes latérales à ouverture ''automobile'' sont largement vitrées pour une couverture visuelle étendue sur les côtés. Des fenêtres éclairent le coffre et débouchent les angles morts pour une meilleure sécurité en tour de piste. La longueur du fuselage est impressionnante, rompant en cela avec le concept Storch. De même, le cône arrière longiligne se termine par une grande dérive profilée. Un dessin qui fait l'unanimité. Mais si l'apparence extérieure est flatteuse, le traitement du cockpit n'est pas en reste, loin s'en faut. De nouveaux standards apparaissent, avec la présence de sièges anatomiques désormais réglables (en vol) en inclinaison avec un dispositif pneumatique. La version essayée possède des appui-tête ajustables via un habile mécanisme multi-position. Les palonniers sont également ajustables en vol par un système de type planeur. Le tableau de bord type ''champignon'' est dimensionné pour recevoir un équipement complet comportant des afficheurs grands formats. Il est regrettable que la vision panoramique offerte par le vaste pare-brise soit réduite par cet équipement. Sur la version de pré-série, le maniement des portières n'est pas pratique. L'usine a revu le système, cédant à un verrouillage automatique similaire à celui des automobiles. La cabine est ventilée par des buses orientables prenant l'air dans des prises NACA disposées de chaque côté du bas-capot moteur.


La console ''champignon'' permet de loger tous types d'afficheur. Sa proéminence réduit toutefois le champ de vision vers l'avant.


Plusieurs types de selleries sont proposés ; la plus confortable est réglable en inclinaison, avec des repose-tête ajustables en multiples positions. Une variante plus simple et légère est disponible.


Détail sur l'appui-tête réglable en toutes positions par un procédé pratique.


Exemple de sellerie simplifiée, plus légère, sans appui-tête réglable, moins confortable aussi.



<< page..123456..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019













page générée en 0,01 sec.