logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Humour

<< page..12..page >>


Programmée pour des allers-retours dans la longueur de la piste, cette version du Trackmower se repère à l'aide du GPS et ne nécessite donc aucun fil périphérique.


PdA 20 : entretien des aérodromes

avril 2020 - par ULMag

Des robots sur les pistes

L'épreuve du confinement du printemps 2020 génère une multitude d'inconvénients connexes au rang desquels l'entretien des petits aérodromes. En effet, le législateur n'a pas prévu d'exemption pour ''aller tondre la piste'', problème plusieurs fois abordé dans les courriers adressés au magazine.



Ne surtout pas remettre à plus tard

Or la tonte est une activité longue qui attire l'attention de la maréchaussée, laquelle viendra à coup sûr verbaliser les ''jardiniers''. Mais quand on ne tond pas régulièrement, l'herbe s'épaissit et devient compliquée à couper par la suite. Puis il faut évacuer les déchets qui, au lieu de se mélanger naturellement au tapis végétal, forment des paquets de nature à endommager les petits aéronefs, voire à créer des accidents.
Il existe bien les robots de tonte, dont les plus gros sont capables d'entretenir une pelouse de 5 à 7000 m², une surface généralement bien inférieure à une piste d'envol. Quasi autonomes, ils sont sujets au vol. Mauvaise pioche donc.
Mais tout n'est pas perdu. Une start-up coréenne a développé la gamme Trackmower (traduisez tondeuse sur chenilles) dont les spécificités répondent (entre autres) aux besoins des gestionnaires d'aérodromes. D'abord le poids, compris entre 275 et 350 kg selon modèle et énergie. Une masse qui nécessite un matériel repérable pour d'éventuels voleurs. Ensuite les performances. Le modèle électrique d'une puissance de 9,9 kW (13,5 ch) est destiné aux surfaces de 15 à 20 000 m², soit la surface d'une piste d'envol ordinaire. Ses batteries lui confèrent une autonomie de 3 heures à raison de 3500 m²/heure. Comme tous les robots de tonte, il regagne sa plate-forme de recharge avant d'épuiser ses batteries. Plus légers, deux modèles thermiques disposent de moteurs 4T de respectivement 13 et 16 ch et de réservoirs de carburant prévus pour une autonomie de 10 heures pour une couverture 20 à 25 000 m² (2 à 2,5 hectares) à raison de 4600 et 5000 m²/heure. Ils sont également autonomes, dotés d'un démarreur électrique avec batterie de service, d'un éclairage et d'un gyrophare.


Le Trackmower en version thermique sans son habillage ; on aperçoit le plateau de coupe de 102 cm, la transmission aux chenilles et le moteur 4T. Un beau joujou de presque 300 kg.


Nono prend tout en charge

Les 3 versions proposent la même largeur de coupe de 102 cm avec un plateau à 3 couteaux rotatifs. La hauteur de coupe est réglable de 4 à 10 cm. Une ceinture périphérique en caoutchouc gonflée par le souffle des lames évite les projections et protège la mécanique en cas d'averse de pluie. Les chenilles de propulsion sont actionnées par des moteurs électriques sur toutes les versions, afin d'offrir une grande réactivité et une manoeuvrabilité totale.
Les trois modèles se déclinent en versions à bornage périphérique avec cheminement aléatoire ou GPS - GSM, les deux systèmes étant assortis des sécurités habituelles, bumper, demi-tour, arrêt d'urgence, aléas climatique, alarme...
La version GPS est la plus attractive, puisqu'elle est donnée pour une précision inférieure à 50 cm. On peut ainsi programmer un circuit de cheminement, par exemple des allers-retours avec chevauchement (en mode mulching notamment) et concentrer la tonte sur des zones choisies. La connexion GSM permet, au moyen d'une carte SIM (à partir de 2 euros/mois chez Free), de contacter le gestionnaire en cas de défaillance, d'alarme de sécurité ou de tentative de vol (soulèvement, position ou vitesse inhabituelle). Un tracker GPRS envoie dans ce cas les coordonnées de la machine en temps réel, permettant un repérage rapide.
La version électrique est proposée avec une option recharge solaire ; l'abri de série translucide étant remplacé par une ''cabane'' de 4 m² couverte de panneaux photovoltaïques autorisant une recharge complète des batteries Lithium en 8 heures ou 80% en 4 heures.
Enfin l'élément essentiel pour les activités de loisir (golf, aéronautique...), le gestionnaire dispose d'une télécommande (433 Mhz pour la version à bornage et GSM pour l'autre) permettant d'arrêter le programme de tonte et de forcer le retour à la base. Personne n'aimerait atterrir avec un tourteau de 300 kg qui se balade sur la piste !
Trackmower est un équipement professionnel répondant à différentes normes industrielles. Son coût non encore dévoilé est estimé entre 10 000 euros pour les versions thermiques et 15 000 euros pour les versions électriques. Un investissement qui pourrait rapidement être rentabilisé.


La version thermique dispose d'un simple abri traité anti-UV pour protéger les éléments de carrosserie. La version électrique possède une plate-forme de recharge et reçoit en option un ''hangar'' photovoltaïque.



<< page..12..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020
















page générée en 0,01 sec.